Make your own free website on Tripod.com
Vos créations

Retour Aux Mille Mots
iconebackanime.gif

banbienvenue.jpg

Sur cette page figureront les écrits poétiques que vous me ferez parvenir sur le thème de l'amitié.

Laissez votre plume, votre stylo-bille ou votre crayon de plomb coucher sur papier votre conception de l'amitié.

Si ce thème ne vous dit vraiment rien, essayez sur le prochain thème qui sera: la plume

Alors à vos crayons, plumes ou clavier...c'est parti...Parmi tous les poèmes reçus (et en autant que vous m'indiquiez vos coordonnées)  il y aura un tirage: un recueil dédicacé de mes poèmes...

fee_gif_5.gif

UN AMI

Un ami
                                             Sans patrie
                                             Sans raison
                                             Hors saison
                                             
                                             Un ami
                                             Sans demi
                                             Feu de joie
                                             Coeur de soie
                                             
                                             Un ami
                                             Qui te vit
                                             Te console
                                             Se désole
                                             
                                             Un ami
                                             Près de qui
                                             La vie peut
                                             De ses feux
                                             Te sombrer
                                             Te combler
                                             Mais jamais
                                             De ce fait
                                             L'ébranler
                                             L'égaler...
                                             
                                             Louise
                                             
                                             
                                             
                                             L'AMITIÉ
                                             
                                             M'éveiller le matin en sachant que tu m'écouteras, sans me juger.
                                             Me coucher en me rappelant tes douces paroles,
                                             Attendre avec impatience ton coup de téléphone,
                                             Planifier avec empressement une activité avec toi,
                                             Savoir que tu es toujours là,
                                             Me confier en toute confiance à toi, sans craindre
                                             d'être à tout jamais mépriser.
                                             Savoir qu'en tout temps, tu respecteras mon silence
                                             et comprendras mon embarras.
                                             Te savoir issue du même milieu que moi,
                                             Te voir te débattre avec la vie,avec volonté et courage,
                                             T'apercevoir que tous les jours tu te prends en main,
                                             m'incite à continuer mon combat,
                                             tu es mon modèle, mon exemple.
                                             Savoir qu'à tout jamais tu me pardonneras toutes mes
                                             étourderies et mes paroles blessantes passées.
                                             
                                             Voilà ce que tu représentes pour moi, L'AMITIÉ
                                             
                                             Grisou
                                             leploui@hotmail.com
                                             http://www.multimanai.com/leploui/index.html
                                             

 
Donner
 
Donne, donnons, donner
Pour un geste, il est sourire
Une main qui se signe
Un regard qui séduit
Une voix qui réchauffe.
 
Donne, donnons, donner
Un mot simple qui se conjugue
A tous vents et temps de l'espoir.
Six petites lettres trop chétives 
Quatre consonnes et deux voyelles.
 
Donne, donnons, donner
Donner, six lettres en forme de don
Qui s'aiment et se tiennent la main
Même quand il n'y a rien, plus rien
Qu'un peu de tendresse et d'amitié. 
 
Donne, donnons, donner
Un simple mot, même sans vouloir dire
Un signe de la main ou un regard 
Et une vie qui s'annonce petit à petit
Un mot dans une petite voix magique.
 
Donne, donnons, donner
Un petit bout de pain à l'enfant nu 
En errance dans des rues du Caire,
Et un peu de chaleur au vieillard
Qui s'éteint pour une autre demeure. 
 
Eric Faruel
 
Au crépuscule de ma vie,
                                             Alors que tu passes de vie à trépas,
                                             Je n'ai pas eu assez de temps,
                                             Pour te dire combien je t'aime.
                                                                        
                                             Toute ma vie, j'ai couru,
                                             Je suis allé d'emploi en emploi,
                                             J'ai passé ma vie à amasser beaucoup d'argent,
                                             Pour ainsi pouvoir tout te donner,
                                             C'était un peu ma façon personnelle de te dire,
                                             que je t'aimais.
                                             
                                             Mais j'avais très peu de temps à consacrer aux loisirs,
                                             Seul,le travail comptait pour moi,
                                             Quand je me retrouvais seul en ta présence,
                                             Je n'avais pas assez de mots pour te dire combien je t'aimais.
                                             Passé du temps à jouer avec mes enfants,
                                             C'était justement une perte de temps.
                                             T'invité au restaurant m'apparaissait bien inutile.
                                             Une balade à la campagne avec toi, était aussi une perte de temps.
                                             
                                             Hélas, au fil des ans, la routine s'est installée,
                                             Les enfants ont grandi,
                                             Ils sont devenus des adultes responsables,
                                             Ils ont quitté à leur tour la maison,
                                             Ils ont fait de nous des grands parents.
                                             
                                             L'heure de la retraite a sonné depuis longtemps à l'horloge de la vie,
                                             Ta santé est devenue davantage fragile,
                                             Là du temps j'en avais en masse,
                                             Mais trop gêné, j'ai gardé le silence,
                                             Maintenant que tu es à l'agonie,
                                             Tes yeux ont soifs de liberté,
                                             Et les mots me manquent pour te dire combien, je t'aime,
                                             S'il te plaît, ne m'abandonne pas,
                                             Je ne sais même pas comment faire cuire un oeuf,
                                             La vie sans toi, ne vaut même pas la peine que je la continue,
                                             Oui, ma chère amie, ma compagne de tous les jours,
                                             Mon amante, et la mère si dévouée de mes enfants,
                                             Je t'aime.
                                             Pardonne-moi mes silences,
                                             Pardonne-moi ma très grande timidité,
                                             Pardonne-moi ma couardise,
                                             Mais surtout pardonne-moi.
                                             
                                             Si j'avais une seule et dernière parole à dire avant de quitter cette terre,
                                             Je dirais aux gens que j'aime, de prendre le temps de dire à leurs proches
                                             qu'ils les aiment.  N'attendez plus à la dernière minute pour croire qu'ils sont éternels.
                                             
                                             Grisou
                                             leploui@hotmail.com
                                             
                                             
                                             
                                             La buée, page blanche
                                             Sur la vitre de l'hiver,
                                             S'inscrit d'une prière
                                             Que la neige endimanche.
                                             
                                             Une prière aux cieux
                                             Au soleil et au vent:
                                             ¨Ramenez au ciel bleu
                                             Et au soleil levant
                                             
                                             Toutes les plumes blanches
                                             Afin que les vivants
                                             S'éveillent des gisants
                                             Afin qu'une avalanche
                                             
                                             De pétales roses et blancs
                                             Couvrent le sol gelé
                                             Neigent en giboulées
                                             Des cieux renaissants.¨
                                             
                                             
                                             
                                             
                                             D'hivers en hivers
                                             Divers mais sans vert
                                             Pas sans blanc
                                             Ni sans gris
                                             Ni sans nuit
                                             De mauvais sang.
                                              
                                             En faits d'hiver
                                             Qui m'ennuient
                                             Marchant couverts
                                             En pull over
                                             Dans la nuit.
                                              
                                             Sans cols ouverts
                                             En pull d'hiver
                                             Et sans bruit
                                             De blanc enfouis
                                             Sous les divers
                                             Hivers d'e-vers.
                                              
                                             De poesie
                                             Et d'écrits
                                             Mais sans cri
                                             Mais sans bruit
                                             Que la nuit
                                             Qui s'ennuie
                                             Qui m'ennuie
                                             Fait d'hiver
                                             Sans cols ouverts
                                             Monts enfouis.
                                              
                                             Eric Lacroix
                                             
                                             
                                             
                                             Le temps presse,
                                             il file à toute allure.
                                             Je voudrais qu'il cesse,
                                             de vieillir notre armure.
                                             
                                             Pourquoi les heures
                                             sont si courtes maintenant?
                                             Il me semble qu'elles meurent
                                             plus vite, que quand j'étais enfant.
                                             
                                             J'ai peur à présent,
                                             de voir partir mes parents,
                                             peur de les garder en ma mémoire
                                             sans jamais plus les revoir.
                                             
                                             La vie n'est qu'un chemin,
                                             et moi, je la parcours en errance,
                                             à la recherche de quelqu'un
                                             qui puisse me rendre mon enfance.
                                             
                                             Le temps passe,
                                             il file à toute allure.
                                             J'y vois déjà sa trace,
                                             sur ma chevelure.
                                             
                                             Que restera-t-il de moi, quand je ne serai plus là ?
                                             Des photos, jaunies par le temps
                                             que prendront entre leurs doigts
                                             de tout petits enfants.
                                             
                                             Images de bonheur.
                                             Brefs moments de mon existence.
                                             Souvenirs intenses,
                                             sans l'ombre d'un malheur.
                                             
                                             Mais aujourd'hui, je n'y pense pas
                                             car tant que tu seras près de moi,
                                             les arbres pourront refleurir,
                                             sans que j'ai peur de vieillir .
                                             
                                             - Edith AUGUSTO -
                                             
                                             
                                             
                                             

animchatcourrier.gif

Une seule et même adresse : lourod_2000_ro@yahoo.fr.